saskiakeultjes:

It’s Sunday and in case you don’t have a nice book to read I got something for you! Unfortunately the story telling website Tapestry will shut down and all of my stories will be gone. :( You have the chance to keep reading all of them though – just use the links below. I’m really proud of this nice collection. Enjoy tapping!

  1. Bear girl (a story about a sad but brave girl)
  2. Everything has a story (POV of a house plant) Part 123 & 4
  3. San Francisco (a diary about my first time in the United States of America) Part 123 and 4
  4. The Valentine’s Card (a story about a sad greeting card)
  5. Everyone has a story (a story about me)
  6. How to love me (a guide how to love yourself)
27 . 07 . 14    +54

lajeunefilleauxcheveuxblancs:

Watetcolor photoset - July 2014.

Il y a des jours avec et des jours sans. Le photoset des aquarelles et faux semblants…

  1. This is my maxi skirt, but without me in it.
  2. Fruits déguisés. // Fruits in disguize.
  3. Des nuages sans pluie. // Rainless clouds.

Facebook - Shop

Je pars en vacances demain, donc sans doute peu d’aquarelle et peu de dessins dans les jours à venir… Promis, je penserai à vous! :)

27 . 07 . 14    +6

lasansvisage:

(Source: Le blog de Yasmine Gateau.)

Gros, gros coup de coeur pour cette artiste illustratrice de talent qui semble s’être spécialisée dans la sans-visage!

27 . 07 . 14    +9

lajeunefilleauxcheveuxblancs:

Aquatic themed drawings from this summer. 

  1. New horizons - July 2014.
  2. Merman - July 2014.

Facebook - Shop

26 . 07 . 14    +19

Mes nouvelles acquisitions : un collier renard et une bague lapin! :)

marionblank a réagi à votre photo “J’ai une autre chose à vous avouer, j’ai les réflexes du métier. …”

Accipe quam primum, brevis est occasio lucri ;-)

Voilà qu’on me répond en latin maintenant ! My life is now complete, comme qui dirait.(Et j’apprécie le sentiment! ;-) ).

Pour les non latinistes, ça se traduit à peu près comme ça : « Agis tout de suite, les chances de réussite durent peu. » En gros, saisis ta chance, il faut battre le fer quand il est chaud etc.

(Pour info, en cherchant une traduction à peu près correcte, j’ai trouvé ce fameux proverbe latin dans une “liste des expressions hipster”. Plus hipster que le latin, tu peux pas. Je dirais même plus, tu peux pas test!).

J’ai une autre chose à vous avouer, j’ai les réflexes du métier.

Quand je suis passée à la FNAC en quête de nouvelles lectures, mon regard a été attiré par le mot “subjonctif” sur la couverture. Véridique.

Ensuite, j’ai lu la quatrième de couverture et j’ai découvert que ce roman racontait l’histoire d’une classe de latin qui partait en voyage scolaire en Italie, à Rome et puis dans le baie de Naples avec Pompei.

Evidemment, rien ne se passe comme prévu, les profs comme les élèves tombent amoureux ou se reconvertissent au cours du voyage et finalement, le latin n’est plus une langue si morte que ça…

Bref, je n’ai pas pu résister et en le lisant, je me suis demandée si ce n’était pas une autobiographie par anticipation. Parce que oui, il s’avère que l’année prochaine j’organise un voyage scolaire à Rome, Naples et à Pompei. Alors, souhaitez-moi bonne chance!

Je dois vous avouer une chose.

Si j’avais acheté Les Mémoires d’Hadrien, il y a deux ans lors d’un voyage à Montréal, ce n’est pas du tout parce que le roman figurait au programme de l’agrégation (il n’avait même pas encore été annoncé), mais parce que la lecture du manga Thermae Romae m’en avait donné l’envie.

Si vous ne connaissez pas ce manga sachez qu’il satisfera toutes les envies d’une geek du latin comme moi. Pour faire court, ça raconte l’histoire de Lucius, un architecte de thermes romains antiques qui traverse le temps et l’espace pour débarquer dans le Japon du  XXIe siècle : comedy and adventures ensue.

Le parcours de Lucius finit par croiser celui de l’empereur Hadrien, déjà vieillissant et plein de nostalgie pour les moments passés avec son bel Antinoüs.

Aujourd’hui, je viens de terminer le dernier tome de la série et de découvrir qu’entre temps le manga avait été transformé en anime et même en film. Mais ce qui m’a surtout touché c’est de voir que le parcours de Lucius s’achève en même temps que celui d’Hadrien et qu’on retrouve dans les dernières pages du manga, l’épitaphe d’Hadrien, placés au frontispice du roman de Yourcenar.

Animula vagula blandula
Hospes comesque corporis
Quæ nunc abibis in loca
Pallidula rigida nudula
Nec ut soles dabis iocos
« Petite âme errante, douce ,
Hôtesse et compagne de mon corps,
Qui bientôt partira en des lieux
Pâles, raides et nus,
Tu n’y donneras plus tes réparties habituelles. »

Et la boucle est bouclée.

emclouzet a réagi à votre billet “Bon, en résumé :”

*débouche une bouteille de blanc car t’en as besoin*

Gros soupir.

Bon, en résumé :

lucillemichieli:

Nouveau serre-tête disponible en édition limitée !
Rose poudré et mini pois.

» Sur ma boutique Esty

Ohhhh… Je veux!

(Source: Le blog de Yasmine Gateau.)

Go and look at her work, she’s amazing!

bonjour-lisa:

Lecture du soir. Rosalie Blum II - Camille Jourdy

Il est dans ma bibliothèque!

Et fait partie de ma grandissante collection de romans graphiques… J’aime beaucoup le graphisme et l’histoire est intriguante. Je recommande!

Le premier homme, Camus  (via caro-lgd)
❝ J’en ai assez de vivre, d’agir, de sentir pour donner tord à celui-ci et raison à celui-là. J’en ai assez de vivre selon l’image que d’autres me donnent de moi. Je décide l’autonomie, je réclame l’indépendance dans l’interdépendance. ❞

Julião Sarmento was born in 1948 in Lisbon, Portugal. 

Sarmento has developed a multi-media visual language, combining film, video, sound, painting, sculpture and installations. Sarmento’s work often deals with issues of complex interpersonal relationships; it has consistently utilized themes such as psychological interaction, sensuality, voyeurism and transgression.

Sarmento is well-known for his thickly impastoed, textured paintings where the paint field forms a ground from which he teases out his imagery in graphite, reversing the traditional basis of painting. His imagery is often partially or fully erased. He then draws on top of the erasure, creating fragmented and layered forms, which evoke disconcerting, mysterious gestures and relationships. (source)

© ARYASNARK